Canadiennes

L’évolution de l’hébergement insolite en France

Publié le 8 juin 2017 | Par Hotes-insolites | Hébergements insolites

 Une histoire toute jeune

Parce qu’elle a commencé il y a une vingtaine d’année, l’histoire de l’hébergement insolite se construit encore tout doucement! L’agence Hôtes-Insolites vous propose de découvrir ici les personnes et les entreprises qui ont contribué à son essor. 

Les hébergements insolites à l’origine du camping!

Tentes de chercheurs d’or, roulottes de gros propriétaires anglais, tipis indiens, yourtes mongoles…il est dommage que ce soit trop oublié, mais à l’origine du camping, il y a bien eu des hébergements  mobiles que nous appelons aujourd’hui insolites! Ce sont donc bien les hébergements « insolites » qui sont à l’origine du camping, et pas l’inverse!

Ces différents habitats temporaires ou permanents ont en effet inspiré les premiers sportifs qui partaient faire des excursions de plusieurs jours avec des tentes au tout début des années 1900, puis se sont démocratisés avec les associations de campeurs (la première en France en 1912), puis le scoutisme.

Après les premiers congés payés en 1936, des petits campings, souvent municipaux, fleurissent dans toute la France. Tout d’abord uniquement composés d’emplacements nus sur lesquels on pouvait poser sa caravane ou sa tente, avec pour tout équipement des sanitaires sommaires, la concurrence va faire augmenter le niveau de service pour sans cesse essayer de se démarquer de ses voisins.

De décennie en décennie, l’offre se développe, se privatise, se professionnalise, et s’organise en chaînes intégrées ou volontaires de la même façon que les commerces.

En réduisant les coûts liés à la commercialisation et en profitant de la facilité de communication,  ces groupes proposent des activités et des services proches des villages vacances. Ils offrent ainsi la même expérience mais avec Hôtellerie de plein airun coût inférieur et une proximité avec la nature qui répond à un besoin de « tourisme vert » d’une population de plus en plus urbaine. On parle alors d’hôtellerie de plein air.

Avec la crise de la fin des années 2000, la demande de camping de luxe étant supérieure à l’offre, beaucoup de campings augmentent leur capacité d’hébergement et transforment une grande partie de leurs emplacements nus en emplacements pour mobil’home. Les campings de plusieurs centaines d’emplacements peuvent accueillir 2500 personnes, ce qui permet de proposer des services attractifs: parcs aquatiques, boîtes de nuits, programme d’animation pour les enfants,… Il s’agit de vacances actives pour une clientèle majoritaire familiale et jeune. 

Tourisme responsable et vacances autrement

Les hébergements insolites sont nés de la volonté d’hébergeurs de proposer une alternative aux mobil’homes traditionnels et de la demande d’un certain public de passer des vacances différentes de ce que proposent ces établissements, dans un cadre préservé et loin de la foule. Des hébergements « pas commun » existe bien sûr depuis longtemps, par exemple des phares transformés en gîte depuis les années 70, mais le terme « hébergement insolite » va apparaître avec leur multiplication et le fait que des habitats « nomades », deviennent des lieux d’accueil de touristes. A cette époque le tourisme responsable est un terme assez peu connu, mais des éco-lodges existent déjà. On peut nommer Le carré rouge en 1997 dans un petit village de 30 habitants en Haute-Marne, qui est en même temps conçu comme un gîte pour 6 personnes en pleine nature, sans eau ni électricité, et en même temps comme une oeuvre d’art par l’artiste Gloria Friedmann. 

Les principaux hébergements 

Nous considérons  ici les hébergements à partir du moment où ils sont vendus à des fins touristiques.

Les tipis: les premiers hébergements qui vont vraiment contribuer à l’essor de l’hébergement insolite sont  les tipis grâce à l’Atelier Jean Lehmann  en 1998. Jean Lehmann, en reconversion, pensait devenir sellier, lorsqu’une amie lui demande un tipi pour accueillir des clients, trouvant l’idée originale, et ayant des demandes d’autres proches, il se lance dans la confection de tipis et les vends sur Internet dés la fin du millénaire. 

 

Les yourtes: en 2002  Jack Bollet, fondateur de Nomade Aventure lance le site Yourte.com et la même année Eric Loux avec Yourtesmongoles.com.  Tous deux viennent de passer plusieurs mois à trouver les artisans nécessaires, à créer une chaîne de construction et à négocier l’export des yourtes en dehors du territoire Mongol.

 

 

Les roulottes: en janvier 2003 Nathalie Beernaert-Blanco, professionnelle du tourisme qui  gère un site d’éco-lodges depuis longtemps, lance les premières roulottes destinées principalement à l’accueil de clients avec Roulottes de campagne. 

Le confort des roulottes permet de viser une nouvelle clientèle, d’autant plus que rapidement, des roulottes proches des mobil-homes vont apparaître: elles ne sont pas mobiles et offrent une cuisine et une salle de bain ainsi que des chambres séparées. 

 

Les cabanes en l’air: en 2003 également, elles vont donner un gros coup de projecteur à l’ensemble de ces hébergements grâce à leur côté visuel et conceptuel innovant. Les premières voient le jour au  camping du Domaine des Ormes en Ile-et-Vilaine, par Arnaud de la Chesnais et le constructeur Cédric Bolmont de la société Abane

 

 

 

Les bulles: si leur histoire débute au milieu des années 2000, il existe aujourd’hui un litige entre deux sociétés empêchant d’écrire à ce sujet. Leur essor rapide a  permis de cibler une clientèle  plus urbaine, avec un argument principal: dormir sous les étoiles tout en étant protégé. Depuis 2011 le nombre de requête sur Google sur le terme « dormir dans une bulle » dépasse « dormir dans une cabane en l’air ». 

Les cabanes flottantes: en 2009, Gaspard de Moustier crée  les Cabanes des grands lacs, puis lance les premières cabanes flottantes en 2012 et s’associe à Emmanuel de la Bédoyère pour lancer d’autres sites. Rapidement, ils misent sur le luxe romantique en fournissant leurs cabanes de jacuzzis privatifs et créent ainsi une nouvelle offre. 

Plus récemment ou de façon plus discrètes, sont aussi apparus les tentes en l’air, les pods et les tentes Bell (beaucoup plus répandus au Royaume-Uni), les dômes et les roulottes-tonneaux. Aujourd’hui tous les regards sont tournés vers les tiny-house, qui s’annoncent comme une véritable révolution.

On note de façon évidente que ces hébergements ont évolué vers plus de confort, voir même de luxe, ce qui ne signifie pas que les clients ont évolué mais que l’offre s’est élargie a une nouvelle clientèle, permettant ainsi sa pérennité.  

Les hébergements insolites désignent aussi de nombreux édifices historiques, comme les prisons ou les abbayes, ou détournés, comme les phares ou encore les avions. Trois étudiants ayant fait un mémoire sur les hébergements insolites ont compté pas moins de 233 hébergements différents, et ce n’est pas fini!
Tentes lodges

L’évolution dans les campings

En 1999, Philippe et Céline Bossanne lancent la première chaîne de camping en pleine nature, Huttopia, et proposent des hébergements insolites en plus d’emplacements nus à partir de 2004: le concept se développent très rapidement et les campings traditionnels suivent cette tendance en proposant des tentes lodges, mélange entre mobil home et tente. Ils permettent de proposer une expérience de camping avec tout le confort de l’eau courante et de l’électricité. De plus les mobil’homes eux-même ont très largement évolué ces 5 dernières années, laissant apparaître plus de bois et une meilleure intégration paysagère. On peut donc dire que les hébergements insolites ont déjà jouer leur rôle dans l’évolution des locatifs. 

Les sites 100% insolites

Des sites ex nihilo  sont créés,  pour offrir une nouvelle offre, pas toujours facile à placer dans les cases du tourisme classique, d’un niveau réglementaire mais aussi sur leur commercialisation. 

On note  une certaine différence entre les hébergements proposés par les campings et ceux proposés sur des sites d’hébergements insolites, ces derniers étant de manière générale plus atypiques. 

La France se positionne comme pionnière en nombre d’hébergements insolites dans le monde avec la grande-Bretagne et les Etats-Unis, mais elle est plutôt en retard au niveau structurel, du au fait que cet hébergement n’est pas reconnu par l’industrie du tourisme, ni par le gouvernement, ni même d’ailleurs par le milieu du tourisme responsable. Il n’existe ainsi aucun chiffre officiel concernant le nombre d’hébergements insolites en France, ni sur les retombées économiques engendrées. La Grande-Bretagne et la Belgique semblent davantage prêts à miser sur cette nouvelle forme d’hébergement, notamment pour attirer une clientèle internationale de plus en plus à la recherche de nouvelles expériences.

Les constructeurs

Pour se démarquer, les fabricants d’hébergements insolites innovent sans cesse. Nouveaux hébergements, nouveaux matériaux, amélioration du confort, design, rentabilité de l’espace pour ne pas dépasser la surface autorisée au sol,… Il existe plus de 150 constructeurs d’hébergements insolites en France, et de nombreux pays se démarquent également, notamment les pays anglo-saxons et la Slovénie.  

Les hébergements insolites se cherchent un nom!

Si ce terme a jusque là remplit son rôle à merveille en jouant sur l’imagination des clients, il pose aujourd’hui un problème de longévité et de risque de déclin du à l’effet de mode qu’il a également introduit.

L’apparition du « glamping »

Le mot « glamping » est la contraction de « glamour » et de « camping », pour signaler une nouvelle façon de camper. Cela permet de rajeunir l’image des campings, parfois ternies par des clichés négatifs depuis plusieurs décennies. Le terme apparaît  aux Etats-Unis en mars 2007 dans un article de USA Today sur la ferme « Mary-Jane Farmgirl sisterhood« . Mary-Jane serait donc l’inventrice de ce terme. Il est très fréquemment utilisé par l’industrie du tourisme en Grande-Bretagne et aux Etats-unis, mais se fait plus modeste en France puisque seuls les journalistes se l’approprient, les clients comme les professionnels ne l’ayant jamais réellement adopté. 

Il existe quelques nuances entre les termes « glamping » et « hébergement insolite »: une prison transformée en gîte n’est pas du glamping, tandis qu’une caravane vintage n’est pas un hébergement insolite mais est tout à fait glamping!

En France on parle aujourd’hui d’HTI: Hébergement Touristique Insolite, mais là encore ce terme est assez peu utilisé.

Un enjeu pour le futur

Dans les années à venir, il paraît important que l’industrie Française de l’hébergement insolite se mobilise pour atténuer l’effet de mode et faire que celui-ci soit reconnu comme un nouvel acteur de l’hébergement. 

C’est l’une des missions que l’agence Hôtes-Insolites s’est donnée. 

Si cet article vous a intéressé, n’hésitez pas à le partager! Si vous souhaitez recevoir une conférence pour vos étudiants ou professionnels du tourisme sur l’hébergement insolite et ses enjeux, n’hésitez pas à nous contacter pour tout renseignement!

Vous pouvez utilisez ce texte totalement ou partiellement en mentionnant obligatoirement l’agence Hôtes-Insolites.

4 Responses to L’évolution de l’hébergement insolite en France